Ramsay Santé
Clinique Bourget

Prévention des risques

 

Le Comité de Lutte contre Les Infections Nosocomiales

 

Dans le cadre de sa politique qualité, la Clinique accorde une place de premier ordre à la prévention des infections nosocomiales. Toutes ces actions préventives sont coordonnées par le Comité de Lutte contre Les Infections Nosocomiales (CLIN) de l'établissement.

 

Qu'est-ce qu'une infection nosocomiale ?

 

Les infections nosocomiales sont des infections contractées en milieu hospitalier. Elles touchent en priorité les patients aux systèmes immunitaires les plus affaiblis. Cela s'observe notamment chez les nourrissons, les personnes âgées et dans le cadre de certaines maladies affaiblissant les défenses immunitaires. Les germes (ex. : bactéries) responsables peuvent être déjà présents dans l'organisme du patient, sur sa peau ou dans son système digestif par exemple. Il arrive aussi parfois que les patients soient infectés par des germes présents dans l'environnement (ex. : eau, air), ceux d'un autre malade, ceux d'un visiteur ou plus rarement, par des germes véhiculés par le personnel soignant. Certaines interventions favorisent également les contaminations, comme la pause d'une sonde urinaire ou d'une perfusion. Les infections nosocomiales restent peu fréquentes grâce à la mise en place de protocoles d'hygiène et de sécurité perfectionnés.

 

 

La stratégie de prévention du CLIN

 

Le CLIN coordonne la lutte contre les infections nosocomiales dans le cadre de la gestion des risques. Il définit la politique de lutte contre les infections nosocomiales et sa mise en application par l’EOH (équipe opérationnelle d'hygiène hospitalière) et l’ensemble des professionnels de l'établissement.

Très complet, le programme préventif contre les infections nosocomiales comprend aussi bien la formation du personnel hospitalier au respect des règles de sécurité que des mesures de surveillance régulières afin de détecter et éliminer rapidement le moindre germe nocif. Divers protocoles de soins et procédures sont également mis au point et communiqués dans tous les services de la clinique sous forme de documents papier. Enfin, la mise en place et le respect des mesures d'hygiène tiennent bien sûr une place importante dans les activités du comité. Ce dernier veille ainsi notamment sur :

  • La salubrité de l'environnement et des locaux de la clinique,
  • La salubrité des installations chirurgicales et médicales,
  • La désinfection et la stérilisation des instruments chirurgicaux et des instruments de diagnostic,
  • L'hygiène des mains et l'hygiène vestimentaire du personnel soignant.

 

Le développement de la qualité et de la sécurité des soins est une préoccupation majeure de l’établissement

 

Le Comité de Lutte contre les Infections Nosocomiales (CLIN) organise, planifie et anime la lutte contre les infections nosocomiales. Il définit la politique de l’Equipe Opérationnelle d’Hygiène (EOH).

  • L’Indice Composite d'évaluation des Activités de Lutte contre les Infections Nosocomiales (ICALIN) est le reflet du niveau d'engagement de l'établissement, en particulier de sa Direction, de son équipe d'hygiène et de son Comité de Lutte contre les Infections Nosocomiales : en 2008, ICALIN classe A.
  • L’Indicateur Composite de consommation des Solutions Hydro-Alcooliques (ICSHA) est un marqueur indirect de la mise-en-œuvre effective de l’hygiène des mains, une mesure-clé de prévention des infections nosocomiales : en 2008, ICSHA classe A.

L’Equipe Opérationnelle d’Hygiène (EOH) met en œuvre et évalue le programme de lutte contre les IAS choisi par l’établissement et élaboré par le CLIN. Elle participe à la formation et à l’information de la prévention des IAS.

Le Comité de Lutte contre la Douleur (CLUD)

«Toute personne a le droit de recevoir des soins visant à soulager sa douleur, celle-ci doit être en toute circonstance évaluée, prise en compte et traitée» extrait de l’Art.L.1110-5 du Code de la Santé Publique.

Le CLUD met en place des protocoles thérapeutiques contre la douleur et évalue leur efficacité. Il forme le personnel à l’évaluation de la douleur, il informe, prévient et traite votre douleur avec votre participation dans l’utilisation d’échelle d’évaluation de la douleur.

Le Comité de Pilotage (COPIL) garantit la pérennité de la dynamique de la démarche de qualité et sécuritaire de l’établissement, il est assisté d’une cellule qualité risque opérationnelle dans la mise en œuvre et le suivi de la politique qualité et risque de l’établissement.

La Commission des Relations avec les Usagers et de la Qualité de la Prise en Charge (CRU) veille au respect de vos droits et contribue à l’amélioration de la qualité de votre accueil, de vos proches, et de votre prise en charge.

Elle traite vos plaintes et facilite vos démarches auprès des responsables de l’établissement.

La Commission Médicale de l’Etablissement (CME) met en œuvre le projet médical, valide les pratiques médicales et les procédures. Elle organise avec le Directeur l’activité médicale.

Le Comité du Médicament et des Dispositifs Médicaux (COMEDIMS) participe à l’élaboration de la liste des médicaments et des dispositifs médicaux stériles dont l’utilisation est recommandée dans l’établissement. Il participe à l’élaboration des recommandations en matière de prescription et de bon usage des médicaments et des dispositifs médicaux stériles et de lutte contre la iatrogénie médicamenteuse.

Le Comité de Liaison en Alimentation et Nutrition (CLAN) donne des avis sur l’alimentation donnée au patient. Il coordonne et évalue les actions en place dans le cadre de la prise en charge nutritionnelle du patient.

La Commission de Soins Infirmiers, de Rééducation et Médico-Technique (CSIRMT) participe à l'organisation générale des soins infirmiers, de rééducation et médico-techniques et de l'accompagnement des malades dans le cadre d'un projet de soins infirmiers, de rééducation et médico-techniques, à l'évaluation des pratiques professionnelles et à la politique d'amélioration continue de la qualité et de la sécurité des soins.

Au travers de ces instances, beaucoup de projets ont été réalisés, notamment la prévention des chutes, le développement de la bientraitance, la prévention des escarres, la prise en charge de la douleur, la maîtrise du risque infectieux, le dépistage de la dénutrition, la mise en place du plan Blanc, du plan Canicule, la maîtrise du circuit des déchet infectieux, le circuit du linge, l’hygiène alimentaire en partenariat avec ELIOR Restauration, la maîtrise du circuit du médicament.

D’autres projets sont en cours d’élaboration, à savoir la mise en place d’un projet d’Education Thérapeutique du Patient et la prise en charge Nutritionnelle inter-établissement dans le cadre du Parcours Coordonné du Patient.

Le Comité des Vigilances et des Risques (COVIR) coordonne la démarche d’amélioration continue de la qualité.

Composé d’acteurs pluridisciplinaires, il se réunit régulièrement et décide des actions à mettre en place, enquêtes, mesures correctrices et préventives immédiates, déclenchées par l’enregistrement d’un signalement d’événement indésirable.

Le signalement d’événement indésirable

Ce système d‘alerte interne à l’établissement et suivi par le département qualité de GDS, identifie les incidents jusqu’aux accidents plus ou moins graves dans un processus ou une situation.

D’autres actions comme le retrait de dispositifs médicaux ou de médicaments sont déclenchés par une alerte produite par une vigilance sanitaire.

 

Les vigilances sanitaires

 

La pharmacovigilance a pour objet la surveillance du risque d’effets indésirables résultant de l’utilisation des médicaments.

La matériovigilance est l’ensemble des moyens mis en œuvre pour assurer la surveillance des incidents ou risques d’incidents résultant de l’utilisation des matériels ou dispositifs médicaux.

L'infectiovigilance est l’ensemble des procédures visant à évaluer, prévenir et traiter les risques liés aux infections contractées à l’occasion des soins.

La réactovigilance a pour objet la surveillance des incidents et risques d’incidents résultant de l’utilisation d’un dispositif médical de diagnostic in vitro.

L'hémovigilance est l’ensemble des procédures relatives à la transfusion sanguine et notamment du recueil et de l’évaluation des informations sur les effets inattendus ou indésirables résultant de l’utilisation thérapeutique des produits sanguins labiles et de la prévention de leur apparition.

L’identitovigilance a pour objet la mise en œuvre des procédures permettant de s'assurer à chaque instant de l'identité des patients et de prévenir les différences d'identification entre les services (internes et externes).

D’autres dispositifs sont mis en place et concourent à la démarche sécuritaire de l’établissement :

  • Dispositif de sécurité incendie,
  • Dispositif de sécurité lié au réseau d’eau,
  • Dispositif de sécurité lié aux déchets,

Le Comité d’Hygiène et de Sécurité des Conditions de Travail (CHSCT) veille à l’observation des prescriptions législatives et réglementaires en matière d’hygiène, de sécurité et de conditions de travail.